Banque

Pourquoi changer de banque ?

Pourquoi changer de banque ?

La loi macron sur la mobilité bancaire entre en vigueur

23% des Français aimeraient changer de banque si c’était plus simple, seulement 4,3 % passe à l’acte. Ce n’est pas la première tentative des banques de vouloir flexibiliser cette mobilité bancaire. En 2009 la Fédération des Banques Françaises avait recommandé aux banques de flexibiliser leurs services afin de mettre en place une aide à la mobilité bancaire.
Cependant, des études ont démontrés que ce service était de mauvaise qualité et qu’il était que rarement proposé aux clients. Et pour cause, c’est lui qui devait faire toutes les démarches auprès des services bancaires émetteurs de virements et de prélèvements, avec de plus, des frais supplémentaires. Tout ça sur le compte que vous aviez gardé lors du transfert mais que vous aviez décidé de ne plus approvisionner. Des frais d’incident ont donc été émis pour rejet : dans 56% des cas selon l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Le client se faisait donc facturer des frais alors que c’est la banque qui n’avait pas effectué le changement d’adresse.

Toutes ces lacunes ont entraîné le législateur aidé de la loi Hamon du 17 mars 2014 à forcer les banques à tenir leurs engagements de 2009. La banque est ainsi tenue de pourvoir gratuitement, et ce, tous les 13 mois une listes des prélèvements et des virements récurrent. Cependant, si le client désire toujours changer de banque il devra pointer les transferts à effectuer et les transmettre à sa nouvelle banque.

Le service d’aide à la mobilité bancaire instauré par la loi Macron sera t-il plus contraignant pour les banques et donc plus souple pour les clients ?

Fondamentalement, la loi Macron ne permettra pas vraiment la mobilité bancaire. Pour autant, elle fonde un transfert de domiciliation automatique. Mais en pratique, l’institut d’arrivé est obligé de solliciter dans un délai de 2 jours ouvrés la banque de départ pour effectuer le transfert d’informations qui sont relatives aux prélèvements et virement récurrent du compte de base.

En contrepartie, la banque d’origine est tenue de transmettre les informations dans un délai de 7 jours. Ensuite, c’est à la charge des émetteurs de prélèvements et de virements de prendre en compte les changements. Puis, la banque se charge de faire les transferts. En vue de la médiocre qualité des services qui ont été mis en place depuis 2009 nous pouvons être septique sur le mode de fonctionnement du système en question.

En revanche, la loi Macron présente un avantage sur les présentations d’opérations qui se trouve sur un compte clôturé, tel que les virements, les prélèvements et principalement sur les chèques. À l’égard de la loi Hamon, les banques se devaient d’informer les consommateurs quand un chèque passait sur leur ancien compte, sans délais spécifié. Maintenant, les banques sont obligées de le communiquer aux clients dans les trois jours.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *